Bouchon lyonnais
cuisine des gones





CUISINE LYON

COMMENTAIRES

COMMUNIQUE




DE PRESSE









Bouchon Lyonnais avec ou sans label ?




Bouchon Lyonnais avec ou sans label ? 2015

::::::::::::::::::::

- Textes empruntés à Caroline Girardon de http://www.20minutes.fr/.Publié le 23.04.2015

GASTRONOMIE Evincés des listes remises par l'office du tourisme car ils avaient refusé le label officiel,
certains bouchons lyonnais contre-attaquent par le biais d'un guide officiel...

Lyon: La Guerre des Bouchons est déclarée

Cette fois, la guerre des bouchons semble déclarée.
Avec d'un côté les restaurants labellisés et de l'autre, les «authentiques», les «anciens» qui ont refusé de rentrer dans le cercle.
Vingt-trois qui sont entrés en résistance depuis trois ans, font désormais l'objet d'un «guide officiel»

qui sera vendu à partir de vendredi 04/2015 dans les kiosques de la ville.

«Ce guide se donne pour mission d'aller à l'encontre de la liste discriminante de la chambre de commerce et de l'office de Tourisme de Lyon»,
indique Alain Vollerin, son auteur.

«Mettre en valeur ceux qui font bien leur travail»

         Video    Video

L'origine du conflit remonte à 2012. Le restaurateur Christophe Marguin, par ailleurs président de la commission tourisme à la CCI
et Joseph Viola ont souhaité développé un label afin de regrouper les bouchons lyonnais et «de mettre en valeur ceux qui font bien leur travail».

Autrement dit, faire la chasse aux attrape-touristes ou autres bouchons indignes du nom.

Mais pour obtenir le sésame et figurer en tête de listes des établissements conseillés par l'Office du tourisme,
il fallait remplir quelques critères parmi lesquels avoir à la carte un quota de spécialités lyonnaises :
au moins deux entrées du coin, trois plats et deux fromages ou desserts.
Sans parler du décor.

«Le bouchon : une âme avant tout»

«Avoir tous la même nappe à carreau, ça ne veut rien dire.
Le bouchon c'est avant tout une âme et on ne peut pas quantifier une âme», répond Yves Rivoiron du Café des fédérations, l'un des réfractaires.
«Je comprends qu'on veuille protéger le nom bouchon mais encore faut-il que ça soit 100% Lyonnais à l'intérieur et proposer des produits frais,
abonde Stephan Tarare du Bouchon de l'Opéra.

Ce n'est pas une mauvaise idée mais le label rassemble des restaurants qui n'ont rien à voir avec des bouchons et qui proposent du saumon, des Saint-Jacques ou des gambas».

«Je ne vois pas l'intérêt d'avoir tous le même tablier, les mêmes serviettes dans les assiettes,
des limonadiers circulant entre les tables et la même enseigne à l'entrée de nos établissements,
explique Isabelle Comerro du Bouchon des filles refusant l'uniformisation proposée et préférant cultiver sa différence.
L'idée de départ était intéressante mais ce label est devenu un vrai business.»
Pas de conséquences économiques

«Ils voulaient combattre les faux bouchons, ils en ont finalement créé», poursuit Eric Hugon.
«Avoir les mêmes codes couleur, la même décoration et pourquoi pas la même centrale d'achat,
ça s'appelle une franchise», critique-t-il.

«On est juste agacé d'être présenté comme les mauvais élèves»,
admet Isabelle Comerro car l'absence de label n'a jamais pénalisé son établissement.
Même chose pour Yves Rivoiron: «On a déjà notre clientèle et notre réseau.
Mon chiffre d'affaires a progressé de 12% en deux ans.»

Source: http://www.20minutes.fr/lyon/1594239-20150423-lyon-guerre-bouchons-declaree
 

Article . Note générale :* * * *







    Partenaires      Copyright ©   2007 -